samedi 31 décembre 2016

LE DRAINAGE DANS UN POT: TRUCS ET ASTUCES


    Ça y est, vous avec choisi votre pot dont les dimensions et forme sont adaptés à votre plante. Mais comment lui assurer un séjour heureux et lui préparer un environnement douillet en lui fournissant un substrat bien drainé.

    Un bon drainage est fondamental afin d'une part que les racines de la plante respirent correctement et d'autre part ne pourrissent pas à cause d'un excès d’eau piégé dans le fond du pot. De plus, en hiver, de l’eau trop abondante risque de faire geler les racines.
Pour commencer, tout nos pots ont un fond percé destiné à évacuer l’eau. Par ailleurs, ce trou va également permettre l'apport d'oxygène à la racine d'autant mieux lorsque le pot est surélevé par des supports de pots. Précisons que nous vous proposons également des Cache-pots , donc non percés, la plupart étant de petite taille (bien que nous disposions aussi de quelques grands modèles !).


    Toutefois, parfois l'arrosage est trop abondant et l'eau risque de "fuir" en maculant le sol. A l'intérieur, on pourra donc employer une soucoupe de forme adaptée. Une maison en Toscane dispose de telles soucoupes en terracotta. Cependant, étant fabriquées à partir de terre de Toscane, elles ont donc un certains prix et nous n'en disposons pas en grande quantité. Nous nous tenons à votre disposition pour tous renseignements: Contact une maison en Toscane. Il faudra bien entendu vider ces soucoupes régulièrement. Dans le cas où une soucoupe n'est pas possible, que ce soit pour des raisons esthétiques ou encore de formes difficiles à trouver, il vous faudra prévoir un pot de plus haute taille, comme par exemple ceux-ci, afin que l' eau excédentaire soit stockée au fond du pot, loin des racines.


    En ce qui concerne les bords de fenêtre et éventuellement pour l'intérieur, nous vous conseillons lors du rempotage de mettre une serpillière (ou une serviette éponge blanche) au fond du pot, afin de capter le surplus d'eau.
    Ensuite, il vous faudra formez au fond du pot un lit de drainage à partir de billes d’argiles sur environ 1/5eme de la hauteur du pot. Une autre petite astuce consiste, lors du prochain relmpotage a remplacer une partie des billes d'argile par de la terre ce qui permet de mieux satisfaire les besoins nutritionnels de la plante et assure sa bonne croissance.



    Enfin, pour bien séparer la terre et les racines de l'excès d’eau, nous vous conseillons de mettre par dessus les billes d'argile un feutre géotextile qui permet de laisser passer l’eau mais pas la terre. Pensez bien à le faire remonter les bords le long des parois du pot sur 10cm environ.

jeudi 22 décembre 2016

L'ARGILE GALESTRO PATRIMOINE ET RICHESSE TOSCANE

L'ARGILE GALESTRO PATRIMOINE ET RICHESSE TOSCANE

Des jarres traditionnelles et vases aux constructions plus contemporaines architecturales et futuristes, on explique ainsi la diversité de la terracotta de Toscane par la qualité de l'argile employée . Une matière premiere qui a des qualités spéciales, la plus dense et modelable au monde, et qui permet de réaliser des produits en terre cuite résistants, durables et d'une grande beauté plastique.




Cette argile dite "GALESTRO" est issue d' innombrables carrières à ciel ouvert produisant d'une des argiles les plus précieuses au monde que l'on trouve dans des zones spécifiques autour de Florence. Des collines environnantes, est née,,il y a environs 350 millions d'années, le Galestro, une argile schisteuse à la haute teneur de fer. Le domaine d'extraction s'étend sur les communes d'Impruneta, Tavarnuzze, Ferrone et tout au long du val de Greve.



Utilisée depuis l'époque des Etrusques , elle a été progressivement employée pour la réalisation des projets architecturaux de la Renaissance pour finalement s'enraciner définitivement, au cours des siècles, dans l'économie locale: Au fil du temps, l'apparition de nouvelles méthodes et innovations techniques ont fait de cette argile une des caractéristiques majeure des logements et batiments de la région.

Il s'agit d'une argile de couleur bleue violacée, riche en minéraux et matières organique, qui engendre des terres cuites ayant des qualités extraordinaires, du fait de ses caractphysiques physico-chimiques spécifiques.
Apte à satisfaire toutes les exigences architecturales et décoratives, soit en style contemporain ou au contraire plus traditionnel, l'argile Galestro, extrêmement élastique dans la phase de travail avec l'eau, devient compacte et solide après la phase de cuisson aux hautes températures.

L'infinie créativité et le savoir faire inégalable des potiers Toscans fait ensuite le reste !



samedi 17 décembre 2016

COMMENT REPARER UNE TERRACOTTA ?

COMMENT REPARER UNE TERRACOTTA ?

Accident regrettable votre terracotta est abimée.


Pour cette poterie, il est trop tard ...
Mais pour une terracotta moins abimée, y a-t-il quelque chose à faire ? Existe-t-il une méthode pour atténuer les dégâts ? Qu'en est-il de la résistance au gel si la réparation est possible ?

Tout d'abord, il est important de dire qu'il existe plusieurs types "d'accident".

Premièrement, le simple choc qui détache un morceaux de terre cuite en surface, façon "escalope".


Il suffit alors de vous munir d'un simple papier de verre (type "fin à très fin": 180 à 240 ) et de, progressivement et délicatement, poncer les bords de la "lésion" afin de les adoucir voire de complètement les faire disparaitre. Si le trou est trop important, jouez le "camouflage". Vous pouvez soit coller par dessus un petit oiseau en terracotta, ou encore déposer largement du yaourt. Avec le temps des micro-organismes vont progressivement déposer du calcium en surface et donc "patiner" le tout.

Deuxièmement, la "fracture" ou "coup de sabre".


Pour réparer, le secret c'est de la colle polyuréthane, par exemple "mastic colle Sikaflex 11FC de chez Lapeyre". Choisir d'ailleurs, en couleur marron pour de rapprocher de la couleur terre cuite et éviter que la réparation ne se voit trop. L'avantage du polyuréthane est de permettre un collage souple qui résistent beaucoup mieux aux chocs ultérieurs et évite de nouveaux problèmes. Toutefois, il faut bien sur considérer l'importance des dégâts: un pot "éclaté en mille morceaux" sera plus difficile voire impossible à réparer complètement.
Il est également possible d'employer du ciment colle à carrelage. Il est plus difficile à utiliser et la réparation est plus longue à "prendre" et surtout plus fragile. Toutefois, en mélangeant au ciment, de couleur blanche, de la poudre de terrecuite, on peut obtenir une couleur très proche de l'originale et donc rendre la réparation la plus discrète possible.

Enfin, la résistance au gel est complètement conservée. En effet, elle est due principalement à la qualité de la terre employée (voir article correspondant: résistance au gel). Le pot peut éventuellement recasser au niveau de la réparation, mais alors ce sera la qualité de la réparation qui sera à mettre en cause ainsi que la force de dilatation de l'eau passant de l'état liquide à l'état solide.


dimanche 27 novembre 2016

NOTRE THEME DE NOEL



Rien de tel que l'approche des fêtes de fin d'année pour développer notre imagination ! C'est le moment de bousculer les habitudes...cette année ,
je décore mon intérieur pour accueillir mes invités , et je détourne :


-Dans l'entrée ,un tuteur topiaire en fer seul ou bien décliné en plusieurs tailles (selon l'espace dont vous disposez) que l'on entoure d'une guirlande lumineuse et de sujets de noël : un "sapin" trés original... et que l'on pourra réutiliser au printemps , dans un joli pot en TERRA COTTA, pour faire grimper un chèvrefeuille,

-Dans la salle à manger :un centre de table en fer "joyeux noël" que l'on peut agrémenter de bougies, de mousse et de neige artificiel : effet garanti !

-Dans le salon :des sujets de noël en fer découpé avec un effet rouille pour changer des sempiternelles boules et autres décors qui manque d'originalité...en plus on peut les utiliser en extérieur!
Mais aussi des photophores "joyeux noël" sur le manteau de la cheminée ou bien la table basse...
 


-sur le balcon ou la terrasse : les plantes aussi se prêtent à la décoration , quelques tuteurs "étoiles" ou "sapins" et l'ambiance de Noël est installée pour le mois!
Pour mes convives :

-un joli petit pot en TERRA COTTA, que l'on agrémente de chocolats, ou bien d'une petite jacynthe : enfin un cadeau simple, original, peu onéreux et qui durera longtemps, on peut le déposer à la place de nos invités ... un petit cadeau avant le passage du père noël!

-autre idée cadeau : les "numeri"en TERRA COTTA destinés aux numéros de rue , peuvent être les accessoires d'un petit sac que vous pouvez réaliser vous-même (DIY) avec l'inscription (brodées pour les plus patientes) A QUI LE TOUR?
1- VAISSELLE 2-LESSIVE
3-CUISINE 4-COURSES
5-SIESTE
le tirage au sort fera le reste!
on peut décliner et adapter les inscriptions selon les destinataires, bien sûr , pourquoi pas sur le thème des loisirs?

Vous pouvez retrouver ces articles sur la boutique en ligne d'une Maison en Toscane
Passez un merveilleux Noël et faites nous partager vos idées sur notre page facebook

lundi 14 novembre 2016

RESISTANCE AU GEL: LE POURQUOI DU COMMENT





Quel spectacle désolant ...

     Les poteries d'une maison en Toscane résistent au gel. Pourquoi ? Parce que nos poteries sont tout simplement fabriquées à partir d'argile qui est naturellement résistante au gel. Quelques secrets de fabrication (cuisson, façonnage, etc...que nous ne révélerons pas ici !) et le tour est joué. Une terre cuite est en fait (tout simplement !) une céramique silicatée. Quelques explications semblent nécessaires. Attention, accrochez-vous, c'est un peu technique ....

 Classification

      Les céramiques font parti des trois grandes classes de matériaux :
  •  Les métaux et alliages (composites céramiques-métaux) 
  • Les polymères et élastomères (composites céramiques-polymères) 
  • Les céramiques et verres (composites céramiques-céramiques)

     Une céramique est un matériau de synthèse, ni organique, ni métallique dont l'élaboration fait appel à des traitements thermiques.

     Elles sont les premiers matériaux fabriqués par l'homme (10,000 à 5000 ans avant JC) et ceci à cause de la disponibilité immédiate de la matière première, de la facilité de fabrication et de leur durabilité.

     Il existe deux grandes catégories de céramiques : les céramiques silicatées (qui nous intéressent ici) et les céramiques techniques.
Parmi les céramiques silicatées, existe enfin les céramiques vitrifiées dont font partie les terres cuites.

     Les terres cuites sont produites à partir d'argiles mélangées à d'autres minéraux inertes. Elles sont cuites entre 950 et 1050 °C, ce qui provoque des transformations physiques et chimiques irréversibles, en premier lieu la vitrification. Produit poreux, naturellement coloré en rouge, il est constitué d’un mélange de phases cristallines enrobées par une matrice silicatée essentiellement vitreuse.

 Propriétés des terres cuites

     Les propriétés générales de la terre cuite (résistance au gel, résistance mécanique sont dues à la matière première et à la cuisson qui conditionnent essentiellement la porosité. Celle-ci est définie par le rapport entre le volume des micro pores et le volume total. La porosité des produits en terre cuite varie de quelques pour-cent à plus de 50 %. Elle est corrélée au poids de la terre cuite. Moins le pot est poreux et plus il est lourd (et réciproquement).

     Par ailleurs, les micro pores peuvent être ouverts vers l'extérieur ou au contraire fermés ce qui empêche l'eau de pénétrer. C'est le phénomène de vitrification qui va occasionner la fermeture des micro pores.

 Actions de l'eau sur une terre cuite

     L'action de l'eau sur la terre-cuite dépend en fait du phénomène de vitrification qui n'a pas la même intensité à l'extérieur et à l'intérieur du pot. En effet, la « cuisson » est plus intense à l'extérieur qu'à l'intérieur. Ceci a pour conséquence que la vitrification est plus poussée à l'extérieur et donc que les micro pores y sont plus fermés.

Adsorption

     Il s'agit du phénomène par lequel des solides poreux retiennent à leur surface des molécules liquide (l'eau en particulier !). La terre cuite adsorbe peu l'eau à sa surface extérieure car elle a peu de micro pores ouverts du fait de la vitrification. Sa surface extérieure est donc peu "mouillable".

      En revanche, si on considère sa surface intérieure, la vitrification y étant moins intense, les micro pores y sont donc plus ouverts ce qui facilite la pénétration de l'eau. C'est que qui explique qu'un pot en terre cuite va particulièrement bien conserver l'eau dans de la terre humide. En effet, la terre dans laquelle la plante pousse garde son humidité car d'une part elle stocke l'eau par sa paroi intérieure (micro pores ouverts) et d'autre part évite son évaporation par sa paroi extérieure (micro pores fermés).

 Résistance au gel

      Comme nous venons de le voir, l'eau peu, très lentement, pénétrer dans la terre cuite par capillarité en suivant des petits canaux nommés "micro pores". Plus les micro pores sont fins et plus l'absorption est lente, bien que la pression capillaire soit plus grande à l'intérieur de ceux-ci, ce qui provoque peu de risques d'effritement. Au contraire si les pores sont grossiers l'absorption est plus rapide et importante quantitativement, les risques d'effritement sont alors maximum .En effet, lorsque l'eau pénètre dans les pores, elle va progressivement les saturer et si les températures baissent en dessous de 0° C, de la glace va se former dans les pores et en se dilatant va provoquer l'effritement de la terre cuite: le pot a gelé !

     La résistance au gel d’une terre cuite est donc liée plus à la distribution de taille des pores qu’à la porosité totale. 

 Vues au microscope: A gauche une terre cuite non gélive, à droite une gélive. 

Résistance mécanique à la glace 

     Par ailleurs, une trop grande porosité va diminuer la résistance mécanique de la terre cuite. De plus la résistance est liée également à l'épaisseur de la paroi du pot mais aussi à la technique de cuisson (plus ou moins grande vitrification).

     En revanche, la question de l'augmentation du volume interne du pot liée à la dilatation de l'eau devenant de la glace ne se pose pas. En effet, du fait du trou percé au fond des pots, l'eau ne peut y stagner et donc il n'y a pas de dilatation qui pourrait exercer une pression sur les parois.

     En ce qui concerne la terre mouillée, elle ne se dilate pas véritablement. En effet, sous l'effet du froid, l'eau va se solidifier pour prendre une organisation spatiale du type cristal. A l’échelle microscopique, les atomes s'organisent selon une structure régulière. En se solidifiant, les molécules d’eau forment des sortes de mailles hexagonales  (H2O : atome d’oxygène en rouge, lié à deux atomes d’hydrogène représentés en blanc).


     Or, dans la terre mouillée, les molécules d'eau ne forment pas une chaine continue et donc il n'y a pas véritablement de forces de dilatation !

     Enfin, la question de la présence d'une fissure. Parfois, une fissure peut être présente, sans que l'on s'en aperçoive, dans la paroi du pot, souvent survenue à la suite d'un choc. Par exemple, on peut laisser retomber (façon « pile d'assiettes ») un pot trop lourd, ou bien provoquer un éclat à cause d'une pierre envoyée très violemment lors de la tonte. Cette fissure va permettre le passage d'eau entre les deux bords de la fissure et, en se dilatant, favoriser l'agrandissement de la fissure. Toutefois, bien peu de glace peut se former dans une fissure, ce qui rend finalement ce phénomène peu important.

      Eh, voilà, tout est dit... ou presque ! Pour de plus amples informations n'hésitez pas à nous contacter sur facebook, ou laissez un commentaire sur le BLOG.

lundi 7 novembre 2016

PROCESSUS DE FABRICATION DE LA TERRACOTTA




La base de cet artisanat de tradition, c'est la terre locale exploitée, nommée dans la région « terra turchina », c'est à dire "argile bleue" à l'arrière des ateliers. Elle contient une forte proportion d'une argile appelée galestro. La précieuse terre est d’abord broyée finement, les plus grosses pierres étant écartées.


Elle est ensuite gachée avec l’eau et longuement malaxée, le mélange adoptant alors une jolie couleur gris/vert. Puis le mélange est récupéré et mis sous forme de "colombins" ("colombini "ou "lucignoli"), c'est a dire de boudins de terre cylindriques (parfois parallèlipédiques).
Puis la mise en oeuvre proprement dite commence. Elle peut être exécutée principalement de deux façons. En moulage, au « guscio », ou manuellement, (« colombino » ou « posteggiatura ») ce qui a pour conséquence de rendre chaque pièce unique.
Pour le "guscio" ("coquille" en italien), on emploi des moules en plâtre. Ces moules sont souvent présents dans l'atelier depuis des générations, légués de pères en fils. Pour les nouveau modèles, ils sont obtenus en moulant les créations originales des potiers ou en utilisant un modle ancien à copier. Puis les différentes parties d'un moule sont délicatement assemblées et maintenus par une sangle. Ensuite, les boudins de terre sont appliqués en premier au fond du moule puis sur les parois. Ils sont alors repoussés vigoureusement avec le poing ou l'avant bras afin d'épouser parfaitement les reliefs du moule. Ce travail peut prendre quelques minutes à quelques jours selon la taille du pot. Lorsque la terre a suffisamment séchée pour ne pas s'affaisser sous son poids, les moules sont retirés.






Pour la technique ancestrale dite « colombino » ou « posteggiatura », elle ne s’effectue pas avec un tour mais c'est le potier qui tourne lui même autour du pot. Ainsi, progressivement, par l’adjonction en forme de spirale de boudins d’argile le vase acquiere sa forme.
Un pot n'est pas façonné en une seule fois. Ce n'est que quand la base est suffisament solide après avoir un peu séché que le travail des parties supérieures pourra ëtre entamé. Mais le travail est loin d'être terminé. Les parois sont encore brutes avec des imperfections qui vont être corrigées à la main. Il ne s'agit pas de seulement de lisser à la main les surfaces mais aussi d'affiner avec soin tous les éléments en relief.


Quand le pot est achevé, il est prêt pour la phase délicate du séchage pendant laquelle l’évaporation de l’eau réduira les dimensions de l’objet d’environ 10%. La durée du séchage dépend de chaque pot et des conditions météorologiques et les pots deviennent de plus en plus gris.
Une fois le pot sec, débute la délicate phase de cuisson au cours de laquelle la température va arriver entre 930 et 1000 ° C. La cuisson dans des fours ("fornace"), s'effectue en deux temps. Lors de la première phase, qui dure 22 à 24 heures, la température est montée progressivement juqu'au maximum recherché, ceci afin d'éviter les déformations excessives. Puis, lors de la seconde phase, cette température est maintenue pendant 10 à 12 heures. Parfois des pièces éclatent ou s'effondrent sur d'autres pots ce qui anéantit le travail de plusieurs semaines.


Deux jours après la cuisson, les pots sont retirés du four puis abondamment arrosés avec de l’eau. La cuisson demande beaucoup de savoir-faire principalement lors de la répartition des pots dans le four. En effet, ce qui va donner la couleur définitive du pot, de rose clair à rouge, c'est la façon dont le pot sera cuit. Ainsi, pour la couleur des terracotta, il n'existe pas de "bains" mais simplement des différences de cuisson qui donnent d'ailleurs une caractéristique unique à chaque pot.

dimanche 30 octobre 2016

LA TOSCANE ET SA POTERIE




La Toscane, c'est d'abord un rève, une douceur de vivre incomparable. Elle a fait battre le coeur de nombreux artistes, tel Marcel Proust qui écrivait " Quand je pensais à Florence c'était comme à une ville miraculeusement embaumée et semblable à une corolle parce qu'elle s'appelait la cité des Lys et sa cathédrale sainte marie des fleurs " (...) " Je traversais rapidement pour trouver plus vite le déjeuner qui m'attendais avec des fruits et du vin de Chianti, le ponte vecchio encombré de jonquilles, de narcisses et te. Voilà, bien que je fusse à Paris ce que je voyais et non ce qui était autour de moi".( Marcel Proust, Du côté de chez Swann, 3 eme partie Nom de pays: le nom ). Il se rendra ensuite à Florence à plusieur reprises admiratif de la ville, de sa beauté, de ses monuments et oeuvres d'art, mais aussi de son art de vivre. Parmi beaucoup d'autres, Stendhal est également un grand admirateur de l'Italie et de Florence en particulier. Il a d'ailleurs donné son nom à un syndrôme médical psychologique, véritable "choc esthétique" caractérisé par une sidération devant des oeuvres (architecturales, picturales, etc,,,) d'une grande beauté. Lors d'un voyage en Italie, Stendhal, alors qu'il visitait une église à Florence, fit lui même un malaise qui l'obligea à s'asseoir pour reprendre des forces.



La Toscane côté paysages, ce sont les collines, à perte de vue, plantées d'oliviers ou de vignes. D'adorables maisons isolées ou groupées en charmants villages, souvent abritées de cyprès, lészardent au soleil. Côté jardins, elles sont cernées par ces fameux pots en terre cuite abritant des lauriers roses, des lavandes, des lantana, des bougainvilliers, et surtout des agrumes.

Parmi les nombreux trésors Toscan, les poteries en terre cuite ne sont pas les moindres !

Les Etrusques qui vécurent du 7 ème au 1 er siècle avant JC en Étrurie, un territoire correspondant grossièrement à la Toscane actuelle, puis ensuite les Romains, cherchaient des récipients capables de conserver et transporter le vin, l’huile d'olive ou encore d’autres produits. Ils avaient remarqué que les jarres fabriquées à partir l'argile de certaines collines, en particulier dans les vallées des torrents Ema et Greve, remplissaient parfaitement cet office. Cette terre particulièrement riche en silicium, en fer et en cuivre est appelée localement « terra turchina », c'est à dire "argile bleue". La terre cuite de Toscane ("terracotta") était née. Au moyen âge (11 ème siècle), le commerce de la terracotta pris son essort et la une tradition artisanale s’est pertpétuée jusqu’à nos jours. L'utilisation de cette précieuse argile se divise encore aujourd'hui d'une part en une production de "pavimenti" (tuiles, carrelage, etc... qui recouvrent en particulier la fameuse coupole de Brunelleschi à Florence) et d'autre part en la fabrication de pots et décoration artistiques pour le jardin. Ces terres cuites sont commercialisées dans le monde entier.

Historiquement, c'est dans la région d'Impruneta que sont fabriqués les premiers pots en terre cuite si solides et résistants au gel que les jardiniers vont se transmettre de génération en génération. De nos jours, d'autres centres de production sont situés un peu partout en Toscane, en particulier dans la région de Montelupo, ou encore près de Sienne. La tradition d'Impruneta de résistance au gel et de travail à la main est conservée et en plus les pots sont allégés ce qui facilite leur transport et leur manipulation.





A l'occasion d'un prochain voyage en Toscane, ne manquez pas de visiter les ateliers de production de terracotta ou de belles demeures Toscane, et surtout leurs jardins, comme par exemple la villa la petraia ou encore la Villa Castello. Sinon, en attendant, pourquoi ne pas visiter Maison en Toscane ?






mercredi 19 octobre 2016

QUEL POT POUR QUELLE PLANTE ?

Voici quelques conseils de professionnels afin de joindre l'utile à l'agréable !

En liens apparaissent les coordonnées de nos consultants:
HORTENSIA
Cette plante à un développement racinaire façon "boule" , il lui faut donc un contenant assez large du type CONCA
CONCA

Exemple: pour un pot de 5 litres il faut multiplier par 5 à 6 le volume du futur contenant soit environ 35 litres. Il convient donc de choisir un pot de de 40 à 50 cm de diamètre .
Un surfaçage annuel est préconisé pendant 2 à 3 ans ,selon la taille de votre plante, suivit d'un rempotage dans un pot plus grand .
Conseils à titre indicatif, en coopération avec les HORTENSIAS DU HAUT BOIS.
BUIS

Cet arbuste est adapté à une plantation en pot, de par sa nature et de par ses formes topiaires qui mettent en valeur et la plante et le pot. Il est intéressant d'opposer les formes, par exemple un buis rond dans un CARRES
POTS CARRES

Pour choisir le contenant idéal , il faut mesurer la taille de la motte et multiplier par 1,5 ou 2 pour obtenir le diamètre du pot. Le choix se fera également par rapport à la dimension de la partie feuillues : en effet il est beaucoup plus élégant que le pot soit de même diamètre , ou légèrement inférieur à celui de la plante.
Tous les 3 ans, il convient de dépoter votre plante, de retailler la motte de manière sphérique et de la rempoter, dans le même pot, avec un nouvel abonnement.
Conseils développés en partenariat avec le PORTAIL ENCHANTÉ.
www.detuinpoort.be

ARBUSTES A FLEURS: azalée , camélia , rhododendron

La taille de la motte multipliée par 3 , vous donnera le diamètre idéal pour que votre plante se développe dans de bonnes conditions.
   ROSIERS
ANGOLIERA
Le contenant doit être haut et de diamètre conséquent: les VASO SEMI CONO  de hauteur 50 cm minimum ou les   CONCAd'au moins 50 cm de diamètre sont particulièrement adaptés. Vous pouvez opter également pour une   ANGOLIERAselon l'agencement de votre terrasse, qui a peu d'occupation au sol mais peut contenir un grand volume de terre et est particulièrement conseillée pour les rosiers grimpants.
SEMI-CONO
CONCA


Clématite, chêvrefeuille, passiflore, jasmin, etc...:
MEZZA CONCA
ANGOLIERA
Pour habiller une façade, entre deux fenêtre par exemple, ou lorsque vous êtes limités au niveau du poids sur un balcon ,les  MEZZA CONCA ainsi que les ANGOLIERA sont adaptés à ce  type de grimpant. En effet , le développement racinaire s'effectuant dans le sens vertical, donen profondeur, ce type de plante "se plaît" dans les demi-pots. Le développement de la plante peut être guidé par un tuteur adapté, sans pour autant se fixer au pan du mur . Il suffit, chaque printemps, d'enlever 1/3 de la terre et de la remplacer par un apport de terreau.



Plantes aromatiques
CASSETTA RETTANGOLARE FESTONATA
Vous pouvez opter pour la version jardinière : CASSETTA .Toutefois l' ORCIO CON TASCHE ,le fraisier, est idéal. Chaque ouverture latérale vous permet de mettre une plantes différentes et le volume de terre est commun : les avantages sont multiples, un seul arrosage, les plantes, telle que la menthe, ne se "propagent"pas, vous avez tout "sous la main" et un bouquet olfactif permanent! 
ORCIO CON TASCHEunemaisonentoscane@orange.fr 

DES SUPPORTS DE POT ? POURQUOI FAIRE ?

www.maisonentoscane.fr

DES SUPPORTS DE POT ? POURQUOI FAIRE ?

Ils sont courament employés en Italie mais peu connus en France. Quelle peut être l'utilité de ces morceaux de terre-cuite glissé sous un pot ?

Tout d'abord, le côté pratique.
Premièrement, les supports isolent le pot du sol et donc du froid en maintenant une couche d'air isolante. Ainsi, si vous avez des pots gélifs (ce qui n'est pas le cas des pots d'une maison en Toscane qui résistent au gel), vous les protégerez du froid.
De plus, avec des supports de pot, vous éviter la stagnation d'eau ou la présence de fourmis ou d'insectes sous les pots. Utilisables aussi en intérieur, vous éviterez ainsi les traces indélébiles et disgracieuses sur vos sols (parquets, carreaux, ,,,).
D'un point de vue du bien être de la plante la surélévation du pot va permettre l'oxygénation permanente des racines par le trou pratiqué au fond du pot.

Et puis n'oublions pas le coté esthétique !

 Des supports adapté au style de vos pots (classique ou moderne, simple ou travaillé) le mettra beaucoup plus en valeur Il existe de nombreux modèles chez une maison en Toscane:

Il vous faudra 3 supports pour un pot rond et 4 pour un pot carré. De plus ne panachez pas pour un même pot car les supports n'ont pas tous la même hauteur. Enfin, prenez une taille adaptée à celle de vos pots. Des petits support feuille ne conviendront pas pour un pot d' 1 mètre de diamètre !

unemaisonentoscane@orange.fr 

jeudi 13 octobre 2016

LA PYRALE: ENNEMIE NUMÉRO UN DE NOS BUIS

www.maisonentoscane.fr

LA PYRALE: ENNEMIE NUMÉRO UN DE NOS BUIS


LA CHENILLE DE LA PYRALE DU BUIS



La pyrale du buis (Cydalima perspectalis) est un lépidoptère (un papillon quoi !) en provenance d'Asie et introduit en Europe lors d'échanges horticoles.

Parfois incontrolable et dramatique par son nombre "les papillons sont tellement nombreux qu'on dirait qu'il neige !, la chenille de ce petit papillon blanc (classé comme ravageur !) pose quant à elle d'énormes problèmes aux buis ne nos jardins.Elle en dévore les feuilles et même l'écorce avec une grande voracité. En général, un buis ne supporte pas plusieurs attaques et finit par mourir.Le papillon lui même est inoffensif pour les buis. Par ailleurs, les variétés "sauvages" ne sont pas ou peu atteints, car il semble que l'insecte se soit surtout adapté aux buis produits de façon "industrielle". De plus, le buis n'est consommé par aucun animal superieur, et par très peu d'insectes. Ainsi la pyrale n'a pas vraiment de compétiteur au sein de sa niche écologique. De plus, le buis contient des alcaloïdes que la chenille de la pyrale est capable de supporter et encore mieux de concentrer. Elle devient alors "non consommable" pour d'éventuels prédateurs, ce qui lui donne un véritable avantage compétitif.
Il s'agit d'un véritable fléau qui touche actuellement 86 départements en France. Rappellons que le buis empèche l'érosion du sol, qu'il accroit la biodiversité, Ainsi, par exemple, espèces de lichen lui sont strictement inféodées et ne peuvent survuvre hors de sa présence, Il permet également la revégétalisation des forêts, en particulier après un incendie.

Fort heureusement il existe des moyens de lutte qui vont du plus savant au plus simple.
Il existe d'une part une méthode de piégeage des papillons mâles par utilisation d'hormones de synthèse. Pour l'avoir personnellement essayé, elle nous a beaucoup déçue, les résultats ayant été quasiment nuls. Peut être n'avions pas bien mis en oeuvre la méthode ?
D'autre part, l'emploi d'une bactérie, le Bacillus thurigiensis, par pulvérisation en profondeur dans les buis semble beaucoup plus efficace. Il faut vraiment en répandre largement sur les feuilles et l'écorde car la chenille va s'intoxiquer en l'ingerant pendant qu'elle se nourrie. Le bacille va par la suite provoquer une paralysie des mandibules de la chenille entraîant ainsi sa mort par dénutrition. Vous trouverez facilement dans le commerce cette poudre de bacilles à diluer dans l'eau avant d'être pulvérisé. Attention, il s'agit d'un produit biologique, vivant, et il faut donc prendre des précautions par exemple éviter la lumière afin de le conserver en bonne santé pour qu'il soit pleinement actif.
Afin d'éliminer les papillons il est possible d'employer des bassines remplies d'eau et d'un peu de détergent et de les mettre près d'une source de lumière afin de les attraper.
Le traitement chimique est désormais interdit en France (voir plus loin). De plus, il n'est pas spécifique de cette insecte et donc va entrainer la destruction de beaucoup d'autres insectes indispensables au bon fonctionnement de l'ecosystème.

Il existe un programme nationale de recherche, nommé "save buxus", qui tente de mettre au point des traitements dont la chercheuse Elisabeth Tabone, laboratoire de bio contrôle de l'INRA à Antibes, est un membre éminent. Les recherches portent par exemple sur l'obtention d'unparasite des oeufs de pyrale afin d'étendre la lutte à tous les stades du développement de cet insecte. Par ailleurs, le rôle de prédation de certains oiseaux (mésanges en particulier) est actuellement à l'étude, les femelles donnant les chenilles à manger à leurs oisillons. Enfin, des recherches horticoles sont menées afin d'obtenir des buis naturellement résistants à cet insecte.

Par ailleurs, le buis peut aussi être malade, c'est le "dépérissement du buis", causé par deux champignons: Cylindrocladium buxicola et/ou Volutella buxi. Pas de solution de traitement excepté les antifongiques chimiques de synthèse qui seront bientôt interdits.

A propos d'interdiction:

C'est une victoire dans la bataille contre les pesticides : le Parlement a définitivement adopté, jeudi 23 janvier, une proposition de loi écologiste qui interdit en France les produits chimique de synthèse à visée phytosanitaires (insecticides, herbicides, fongicides, etc.) dans les espaces verts publics à partir de 2020 et dans les jardins particuliers à compter de 2022.  Seuls les produits dit de "biocontrôle" sont autorisés.


Cet article a été réalisé en s'appuyant principalement sur l'émissionCO2 mon amour de France Inter,