jeudi 2 février 2017

AU BONHEUR DES PLANTES: LES BONNES DIMENSIONS D'UN POT (2)

AU BONHEUR DES PLANTES: LES BONNES DIMENSIONS D'UN POT (2)

Maintenant que les calculs de volumes ne sont plus qu'une formalité, quelques éléments sur les mesures des pots.
Tout d'abord, la longueur, n'a pas une grande importance. Dans le cas d'une jardinière tels que celle-ci: BALCONIERA CON PUTTI (qui existe aussi en version "lisse")


il faudra simplement s'attacher à la grande qualité et l'harmonie de la mise en scène, à la façon d'un massif.

En revanche, la largeur, ou le diamètre si le pot est rond, va fortement influencer le type de plante que vous pourrez utiliser ainsi que leur disposition.
    • La largeur ne devra pas être inférieure à 20 cm car les plantes n'auront alors pas assez de place pour s'épanouir.
    • Entre 20 et 30 cm vous pourrez disposer soit d'une ligne de plantes simples soit de 2 lignes de bulbes. Les plantes retombantes sont du plus bel effet, en particulier lorsque la jardinière est mise en valeur en hauteur.
    • Après 30 cm, il est possible de mettre 2 rangs, le premier plan à port tombant et le second plan à port dréssé. Un petit arbuste constituera une possibilité de variation intéressante.




      Enfi, la hauteur elle va, bien sûr, être fonction de la façon dont les racines de la plante se développent. Une règle bien pratique: La hauteur du pot doit être égale au tiers de la hauteur de la plante adulte.


       Bonnes plantations !!!!

AU BONHEUR DES PLANTES: LES BONNES DIMENSIONS D'UN POT (1)

AU BONHEUR DES PLANTES: LES BONNES DIMENSIONS D'UN POT (première partie)

Après avoir choisi le bon pot pour la bonne plante, c'est à dire la forme la plus adaptée à la plante souhaitée, une question se pose: qu'elle taille choisir ?

Tout d'abord, quelques rappels mathématiques simples.

Il faut mettre toutes les mesures en décimètre afin d'obtenir un volume en litre. Par exemple, 24 centimètres =2,4 décimètres.

Pour un pot carré ou rectangulaire, il suffit de multiplier la longueur par la largeur puis par la hauteur (dans n'importe quel ordre). Un exemple: pour cette jardinière (ARO043) le calcul donne:
2,4*5*2,4= 28,8 litres.


Pour un pot cylindrique, il faut connaitre le diamètre (D) et la hauteur (H). Le volume est:
3*H*D*D/4. Un exemple pour ce cylindre (ARO299) le calcul donne: 3*5,1*5,2*5,2/4 = 103 litres.



Bien sur pour un demi-cylindre, comme ce mezzo cilindro mezzo cilindro festonato (ARO315) ,


il suffit de diviser par 2. Ce donne dans ce cas:     (3*5*5*5/4)/2 = 47 litres




   Enfin, pour un pot conique, il faut connaitre le diamètre supérieur (D) et la hauteur (H). Le volume est approximativement : H*D*D/5. Par exemple, pour cette Conca festonata (ARO368)



le calcul donne: 4,8*6*6/5 = 34,5 litres.

   Et voila, vous êtes prêts à vous lancer dans des calculs pas si compliqués que ça afin d'apporter le volume de terre nécessaire à votre plante préférée.

   Dans la suite de cet article (à venir très bientôt), Nous finirons cette série par les bonne dimensions d'un pot (longueur, largeur ou diamètre, hauteur) en fonction des plantes.

A très bientôt !

samedi 31 décembre 2016

LE DRAINAGE DANS UN POT: TRUCS ET ASTUCES


    Ça y est, vous avec choisi votre pot dont les dimensions et forme sont adaptés à votre plante. Mais comment lui assurer un séjour heureux et lui préparer un environnement douillet en lui fournissant un substrat bien drainé.

    Un bon drainage est fondamental afin d'une part que les racines de la plante respirent correctement et d'autre part ne pourrissent pas à cause d'un excès d’eau piégé dans le fond du pot. De plus, en hiver, de l’eau trop abondante risque de faire geler les racines.
Pour commencer, tout nos pots ont un fond percé destiné à évacuer l’eau. Par ailleurs, ce trou va également permettre l'apport d'oxygène à la racine d'autant mieux lorsque le pot est surélevé par des supports de pots. Précisons que nous vous proposons également des Cache-pots , donc non percés, la plupart étant de petite taille (bien que nous disposions aussi de quelques grands modèles !).


    Toutefois, parfois l'arrosage est trop abondant et l'eau risque de "fuir" en maculant le sol. A l'intérieur, on pourra donc employer une soucoupe de forme adaptée. Une maison en Toscane dispose de telles soucoupes en terracotta. Cependant, étant fabriquées à partir de terre de Toscane, elles ont donc un certains prix et nous n'en disposons pas en grande quantité. Nous nous tenons à votre disposition pour tous renseignements: Contact une maison en Toscane. Il faudra bien entendu vider ces soucoupes régulièrement. Dans le cas où une soucoupe n'est pas possible, que ce soit pour des raisons esthétiques ou encore de formes difficiles à trouver, il vous faudra prévoir un pot de plus haute taille, comme par exemple ceux-ci, afin que l' eau excédentaire soit stockée au fond du pot, loin des racines.


    En ce qui concerne les bords de fenêtre et éventuellement pour l'intérieur, nous vous conseillons lors du rempotage de mettre une serpillière (ou une serviette éponge blanche) au fond du pot, afin de capter le surplus d'eau.
    Ensuite, il vous faudra formez au fond du pot un lit de drainage à partir de billes d’argiles sur environ 1/5eme de la hauteur du pot. Une autre petite astuce consiste, lors du prochain relmpotage a remplacer une partie des billes d'argile par de la terre ce qui permet de mieux satisfaire les besoins nutritionnels de la plante et assure sa bonne croissance.



    Enfin, pour bien séparer la terre et les racines de l'excès d’eau, nous vous conseillons de mettre par dessus les billes d'argile un feutre géotextile qui permet de laisser passer l’eau mais pas la terre. Pensez bien à le faire remonter les bords le long des parois du pot sur 10cm environ.

jeudi 22 décembre 2016

L'ARGILE GALESTRO PATRIMOINE ET RICHESSE TOSCANE

L'ARGILE GALESTRO PATRIMOINE ET RICHESSE TOSCANE

Des jarres traditionnelles et vases aux constructions plus contemporaines architecturales et futuristes, on explique ainsi la diversité de la terracotta de Toscane par la qualité de l'argile employée . Une matière premiere qui a des qualités spéciales, la plus dense et modelable au monde, et qui permet de réaliser des produits en terre cuite résistants, durables et d'une grande beauté plastique.




Cette argile dite "GALESTRO" est issue d' innombrables carrières à ciel ouvert produisant d'une des argiles les plus précieuses au monde que l'on trouve dans des zones spécifiques autour de Florence. Des collines environnantes, est née,,il y a environs 350 millions d'années, le Galestro, une argile schisteuse à la haute teneur de fer. Le domaine d'extraction s'étend sur les communes d'Impruneta, Tavarnuzze, Ferrone et tout au long du val de Greve.



Utilisée depuis l'époque des Etrusques , elle a été progressivement employée pour la réalisation des projets architecturaux de la Renaissance pour finalement s'enraciner définitivement, au cours des siècles, dans l'économie locale: Au fil du temps, l'apparition de nouvelles méthodes et innovations techniques ont fait de cette argile une des caractéristiques majeure des logements et batiments de la région.

Il s'agit d'une argile de couleur bleue violacée, riche en minéraux et matières organique, qui engendre des terres cuites ayant des qualités extraordinaires, du fait de ses caractphysiques physico-chimiques spécifiques.
Apte à satisfaire toutes les exigences architecturales et décoratives, soit en style contemporain ou au contraire plus traditionnel, l'argile Galestro, extrêmement élastique dans la phase de travail avec l'eau, devient compacte et solide après la phase de cuisson aux hautes températures.

L'infinie créativité et le savoir faire inégalable des potiers Toscans fait ensuite le reste !



samedi 17 décembre 2016

COMMENT REPARER UNE TERRACOTTA ?

COMMENT REPARER UNE TERRACOTTA ?

Accident regrettable votre terracotta est abimée.


Pour cette poterie, il est trop tard ...
Mais pour une terracotta moins abimée, y a-t-il quelque chose à faire ? Existe-t-il une méthode pour atténuer les dégâts ? Qu'en est-il de la résistance au gel si la réparation est possible ?

Tout d'abord, il est important de dire qu'il existe plusieurs types "d'accident".

Premièrement, le simple choc qui détache un morceaux de terre cuite en surface, façon "escalope".


Il suffit alors de vous munir d'un simple papier de verre (type "fin à très fin": 180 à 240 ) et de, progressivement et délicatement, poncer les bords de la "lésion" afin de les adoucir voire de complètement les faire disparaitre. Si le trou est trop important, jouez le "camouflage". Vous pouvez soit coller par dessus un petit oiseau en terracotta, ou encore déposer largement du yaourt. Avec le temps des micro-organismes vont progressivement déposer du calcium en surface et donc "patiner" le tout.

Deuxièmement, la "fracture" ou "coup de sabre".


Pour réparer, le secret c'est de la colle polyuréthane, par exemple "mastic colle Sikaflex 11FC de chez Lapeyre". Choisir d'ailleurs, en couleur marron pour de rapprocher de la couleur terre cuite et éviter que la réparation ne se voit trop. L'avantage du polyuréthane est de permettre un collage souple qui résistent beaucoup mieux aux chocs ultérieurs et évite de nouveaux problèmes. Toutefois, il faut bien sur considérer l'importance des dégâts: un pot "éclaté en mille morceaux" sera plus difficile voire impossible à réparer complètement.
Il est également possible d'employer du ciment colle à carrelage. Il est plus difficile à utiliser et la réparation est plus longue à "prendre" et surtout plus fragile. Toutefois, en mélangeant au ciment, de couleur blanche, de la poudre de terrecuite, on peut obtenir une couleur très proche de l'originale et donc rendre la réparation la plus discrète possible.

Enfin, la résistance au gel est complètement conservée. En effet, elle est due principalement à la qualité de la terre employée (voir article correspondant: résistance au gel). Le pot peut éventuellement recasser au niveau de la réparation, mais alors ce sera la qualité de la réparation qui sera à mettre en cause ainsi que la force de dilatation de l'eau passant de l'état liquide à l'état solide.


dimanche 27 novembre 2016

NOTRE THEME DE NOEL



Rien de tel que l'approche des fêtes de fin d'année pour développer notre imagination ! C'est le moment de bousculer les habitudes...cette année ,
je décore mon intérieur pour accueillir mes invités , et je détourne :


-Dans l'entrée ,un tuteur topiaire en fer seul ou bien décliné en plusieurs tailles (selon l'espace dont vous disposez) que l'on entoure d'une guirlande lumineuse et de sujets de noël : un "sapin" trés original... et que l'on pourra réutiliser au printemps , dans un joli pot en TERRA COTTA, pour faire grimper un chèvrefeuille,

-Dans la salle à manger :un centre de table en fer "joyeux noël" que l'on peut agrémenter de bougies, de mousse et de neige artificiel : effet garanti !

-Dans le salon :des sujets de noël en fer découpé avec un effet rouille pour changer des sempiternelles boules et autres décors qui manque d'originalité...en plus on peut les utiliser en extérieur!
Mais aussi des photophores "joyeux noël" sur le manteau de la cheminée ou bien la table basse...
 


-sur le balcon ou la terrasse : les plantes aussi se prêtent à la décoration , quelques tuteurs "étoiles" ou "sapins" et l'ambiance de Noël est installée pour le mois!
Pour mes convives :

-un joli petit pot en TERRA COTTA, que l'on agrémente de chocolats, ou bien d'une petite jacynthe : enfin un cadeau simple, original, peu onéreux et qui durera longtemps, on peut le déposer à la place de nos invités ... un petit cadeau avant le passage du père noël!

-autre idée cadeau : les "numeri"en TERRA COTTA destinés aux numéros de rue , peuvent être les accessoires d'un petit sac que vous pouvez réaliser vous-même (DIY) avec l'inscription (brodées pour les plus patientes) A QUI LE TOUR?
1- VAISSELLE 2-LESSIVE
3-CUISINE 4-COURSES
5-SIESTE
le tirage au sort fera le reste!
on peut décliner et adapter les inscriptions selon les destinataires, bien sûr , pourquoi pas sur le thème des loisirs?

Vous pouvez retrouver ces articles sur la boutique en ligne d'une Maison en Toscane
Passez un merveilleux Noël et faites nous partager vos idées sur notre page facebook

lundi 14 novembre 2016

RESISTANCE AU GEL: LE POURQUOI DU COMMENT





Quel spectacle désolant ...

     Les poteries d'une maison en Toscane résistent au gel. Pourquoi ? Parce que nos poteries sont tout simplement fabriquées à partir d'argile qui est naturellement résistante au gel. Quelques secrets de fabrication (cuisson, façonnage, etc...que nous ne révélerons pas ici !) et le tour est joué. Une terre cuite est en fait (tout simplement !) une céramique silicatée. Quelques explications semblent nécessaires. Attention, accrochez-vous, c'est un peu technique ....

 Classification

      Les céramiques font parti des trois grandes classes de matériaux :
  •  Les métaux et alliages (composites céramiques-métaux) 
  • Les polymères et élastomères (composites céramiques-polymères) 
  • Les céramiques et verres (composites céramiques-céramiques)

     Une céramique est un matériau de synthèse, ni organique, ni métallique dont l'élaboration fait appel à des traitements thermiques.

     Elles sont les premiers matériaux fabriqués par l'homme (10,000 à 5000 ans avant JC) et ceci à cause de la disponibilité immédiate de la matière première, de la facilité de fabrication et de leur durabilité.

     Il existe deux grandes catégories de céramiques : les céramiques silicatées (qui nous intéressent ici) et les céramiques techniques.
Parmi les céramiques silicatées, existe enfin les céramiques vitrifiées dont font partie les terres cuites.

     Les terres cuites sont produites à partir d'argiles mélangées à d'autres minéraux inertes. Elles sont cuites entre 950 et 1050 °C, ce qui provoque des transformations physiques et chimiques irréversibles, en premier lieu la vitrification. Produit poreux, naturellement coloré en rouge, il est constitué d’un mélange de phases cristallines enrobées par une matrice silicatée essentiellement vitreuse.

 Propriétés des terres cuites

     Les propriétés générales de la terre cuite (résistance au gel, résistance mécanique sont dues à la matière première et à la cuisson qui conditionnent essentiellement la porosité. Celle-ci est définie par le rapport entre le volume des micro pores et le volume total. La porosité des produits en terre cuite varie de quelques pour-cent à plus de 50 %. Elle est corrélée au poids de la terre cuite. Moins le pot est poreux et plus il est lourd (et réciproquement).

     Par ailleurs, les micro pores peuvent être ouverts vers l'extérieur ou au contraire fermés ce qui empêche l'eau de pénétrer. C'est le phénomène de vitrification qui va occasionner la fermeture des micro pores.

 Actions de l'eau sur une terre cuite

     L'action de l'eau sur la terre-cuite dépend en fait du phénomène de vitrification qui n'a pas la même intensité à l'extérieur et à l'intérieur du pot. En effet, la « cuisson » est plus intense à l'extérieur qu'à l'intérieur. Ceci a pour conséquence que la vitrification est plus poussée à l'extérieur et donc que les micro pores y sont plus fermés.

Adsorption

     Il s'agit du phénomène par lequel des solides poreux retiennent à leur surface des molécules liquide (l'eau en particulier !). La terre cuite adsorbe peu l'eau à sa surface extérieure car elle a peu de micro pores ouverts du fait de la vitrification. Sa surface extérieure est donc peu "mouillable".

      En revanche, si on considère sa surface intérieure, la vitrification y étant moins intense, les micro pores y sont donc plus ouverts ce qui facilite la pénétration de l'eau. C'est que qui explique qu'un pot en terre cuite va particulièrement bien conserver l'eau dans de la terre humide. En effet, la terre dans laquelle la plante pousse garde son humidité car d'une part elle stocke l'eau par sa paroi intérieure (micro pores ouverts) et d'autre part évite son évaporation par sa paroi extérieure (micro pores fermés).

 Résistance au gel

      Comme nous venons de le voir, l'eau peu, très lentement, pénétrer dans la terre cuite par capillarité en suivant des petits canaux nommés "micro pores". Plus les micro pores sont fins et plus l'absorption est lente, bien que la pression capillaire soit plus grande à l'intérieur de ceux-ci, ce qui provoque peu de risques d'effritement. Au contraire si les pores sont grossiers l'absorption est plus rapide et importante quantitativement, les risques d'effritement sont alors maximum .En effet, lorsque l'eau pénètre dans les pores, elle va progressivement les saturer et si les températures baissent en dessous de 0° C, de la glace va se former dans les pores et en se dilatant va provoquer l'effritement de la terre cuite: le pot a gelé !

     La résistance au gel d’une terre cuite est donc liée plus à la distribution de taille des pores qu’à la porosité totale. 

 Vues au microscope: A gauche une terre cuite non gélive, à droite une gélive. 

Résistance mécanique à la glace 

     Par ailleurs, une trop grande porosité va diminuer la résistance mécanique de la terre cuite. De plus la résistance est liée également à l'épaisseur de la paroi du pot mais aussi à la technique de cuisson (plus ou moins grande vitrification).

     En revanche, la question de l'augmentation du volume interne du pot liée à la dilatation de l'eau devenant de la glace ne se pose pas. En effet, du fait du trou percé au fond des pots, l'eau ne peut y stagner et donc il n'y a pas de dilatation qui pourrait exercer une pression sur les parois.

     En ce qui concerne la terre mouillée, elle ne se dilate pas véritablement. En effet, sous l'effet du froid, l'eau va se solidifier pour prendre une organisation spatiale du type cristal. A l’échelle microscopique, les atomes s'organisent selon une structure régulière. En se solidifiant, les molécules d’eau forment des sortes de mailles hexagonales  (H2O : atome d’oxygène en rouge, lié à deux atomes d’hydrogène représentés en blanc).


     Or, dans la terre mouillée, les molécules d'eau ne forment pas une chaine continue et donc il n'y a pas véritablement de forces de dilatation !

     Enfin, la question de la présence d'une fissure. Parfois, une fissure peut être présente, sans que l'on s'en aperçoive, dans la paroi du pot, souvent survenue à la suite d'un choc. Par exemple, on peut laisser retomber (façon « pile d'assiettes ») un pot trop lourd, ou bien provoquer un éclat à cause d'une pierre envoyée très violemment lors de la tonte. Cette fissure va permettre le passage d'eau entre les deux bords de la fissure et, en se dilatant, favoriser l'agrandissement de la fissure. Toutefois, bien peu de glace peut se former dans une fissure, ce qui rend finalement ce phénomène peu important.

      Eh, voilà, tout est dit... ou presque ! Pour de plus amples informations n'hésitez pas à nous contacter sur facebook, ou laissez un commentaire sur le BLOG.